Centre d'Études et de Recherches Interdisciplinaires en Lettres Arts Cinéma
Axes de recherche
Décentrements lyriques.
Ecrire et penser avec l'histoire
Intermédialité (EMOI - Esthétique, Médias/Musique, Oralité, Image)
Littérature et sciences humaines de l'Antiquité aux Lumières (Thélème)
Pensée et création contemporaines
SciEnS. Représentations et pratiques des sciences, de l'environnement et des savoirs contemporains.
Epistémologie des humanités romantiques. Programme "La Science en langue commune".
Coordonné par Paule Petitier  et Stéphanie Smadja 

Ce projet, résolument interdisciplinaire, interroge le rapport de la science, de l’espace public et de la langue commune, du XIXe (tournant des relations entre littérature et sciences) au XXIe siècle. Depuis le début de l’époque contemporaine, la recherche scientifique s’est peu à peu détachée de l’expression commune en se fondant sur le langage mathématique, sur un lexique spécifique et sur un type de communication réservé aux spécialistes, au prix d’un clivage entre la pensée scientifique et l’espace de réflexion commun. Les conséquences de ce divorce se font sentir aujourd’hui de façon pressante : préoccupation croissante de fonder sur l’éthique les pratiques médicales et scientifiques, mais aussi difficulté d’articuler dans les organismes décisionnels le point de vue de la société civile et celui des experts scientifiques. La science ne parle plus, depuis longtemps, la langue de tous et les effets de cette forclusion ne peuvent plus être niés. 

• Axes : le projet se développera suivant deux axes.

1. Un axe plus spécifiquement épistémologique, centré sur les sciences humaines : le laboratoire des sciences humaines
Le XIXe siècle constitue le point de départ et le pivot de cette réflexion. Cet axe se propose de confronter les questions épistémologiques qui surgissent actuellement dans les sciences humaines aux notions et aux textes qui ont précédé la constitution de celles-ci en paradigmes sur un modèle scientifique. La période où s’élaborent, en partie dans le creuset de la littérature, un certain nombre d’hypothèses, de procédures, de configurations et de corrélations, permet de comprendre ce que les disciplines ont écarté, simplifié, tranché de façon à fonder leur scientificité. En se retournant sur leur origine, sur ce moment inchoatif qui était aussi et encore le moment du « commun » – de l’absence de cloisonnement des savoirs, du lien avec la communauté – les sciences humaines d’aujourd’hui se dotent d’un moyen supplémentaire pour construire leur critique. À la faveur de ce regard rétrospectif, il s’agira aussi de réfléchir à leur évolution, à la manière dont se fabriquent l’éclipse et l’oubli de certaines notions, aux modalités de leur resurgissement (concept de récurrence ou de recouvrement).

2. Un axe plus spécifiquement littéraire et linguistique : Les proses du savoir.
Cet axe abordera la question de la langue dans laquelle s’écrit la science et de la mise en œuvre (littéraire) du savoir. Le XIXe siècle servira à nouveau de point de départ et d’incubateur méthodologique. Prenant en compte les textes des savants qui ont marqué le XIXe siècle (de Humboldt à Cuvier et Geoffroy Saint-Hilaire, de Claude Bernard à Darwin), les essais qui ont fondé les sciences humaines (Tocqueville, Michelet, Stuart Mill), les différents types de vulgarisation (politique, poétique, pédagogique, philosophique, humanitaire), les discours scientifiques auto-institués, l’enquête portera sur le rôle de la prose et les usages en prose dans la transmission des savoirs. L’enquête sera ensuite élargie aux XXe et XXIe siècles. Elle s’attachera, notamment, à l’énonciation et à la pragmatique linguistique, à la présence et au statut des références littéraires dans les textes scientifiques, aux techniques de la description et du récit, à la problématique de la nomenclature savante, à l’intérieur du corpus considéré. Enfin, il ne faudra pas oublier d’interroger les traces de l’ancienne langue du savoir, le latin, dans les pratiques d’écriture scientifique du XIXe au XXIe siècle.


• Événements prévus en 2014
Un séminaire commun aux deux axes tout au long des cinq années a été prévu afin de favoriser les échanges. Des chercheurs de disciplines différentes interviennent à plusieurs voix et, surtout, préparent ensemble les séances, les journées d’études, les colloques. Il ne s’agira pas de juxtaposer les disciplines mais de susciter un travail réellement commun sur ces espaces communs de la langue et de la culture. 
Vont également être organisées trois journées d’études (en mai, juin et octobre), la première consacrée à la prose des inventeurs  et les deux suivantes consacrées aux styles de la science
    Archives
    La science en langue commune. Séminaire mensuel. (Année 2013-2014)
    La prose des inventeurs. JE du 23 mai 2014 organisée par Muriel Louâpre
    Humaniser/déshumaniser la maladie. Journée d'études le 2 décembre 2014.
    Le Style du Code Civil. Journée d'études du 12 février 2015
    Le style de la science. 21 mai 2015. Journée annulée et reportée à l'automne 2015
    Le savoir des types, XVIIIème-XIXème siècles. 11 décembre 2015.
    1. 1
    2.  2
    3.  >
    4.  >>


    Directrice :

    Jacqueline Nacache 

    jacqueline.nacache@univ-paris-diderot.fr

    Grands Moulins, 7ème étage, bureau 773 C

    Tél : 01 57 27 54 65


    Assistante :


    Claude Zelawski

    cerilac4410@univ-paris-diderot.fr

    Grands Moulins, 7ème étage, bureau 777 C

    Tél : 01 57 27 64 40


    Site web :


    Jean-François Jadaud

    jadaud@univ-paris-diderot.fr

    Grands Moulins, 7ème étage, bureau 772 C

    Tél : 01 57 27 63 44