Toute l'actualité
CERILAC hors de ses murs
Colloques
Conférences et journées d'étude
Séminaires
Chercher un événement
Monologuer : situations, formes et pratiques

Ce projet de recherche a commencé en 2010-2011, sous la forme d’un séminaire pluridisciplinaire du Cerilac et de l’Institut des Humanités de Paris, organisé à l’Université Paris Diderot-Paris 7, 16 rue Marguerite Duras 75013 Paris.Séminaire (Salle Pierre Albouy, 18H-20H)

Programme de l’année 2011-2012

Mardi 18 octobre 2011 :

Jean Cottraux, Psychiatre honoraire des Hôpitaux, Chargé de cours à l'Université Lyon 1, Directeur Scientifique à l’IFFORTHECC, « Monologues intérieurs et psychothérapie cognitive ».

Lectures pour préparer la séance :

Jean Cottraux, La force avec soi. Pour une psychologie positive, Paris, Odile Jacob, 2007.
- A chacun sa créativité. Einstein, Mozart, Picasso et nous, Paris, Odile Jacob, 2010.

Mardi 13 décembre 2011 :

Mireille Froment, Maître de conférences en Sciences de l’éducation, Université Paris Descartes-Paris V, « Monologuer au théâtre pour dire l’Histoire : quelques réflexions autour de la pièce Corpo di stato de Marco Baliani ».

Jérémie Majorel, Professeur agrégé de Lettres modernes, Docteur en Histoire et sémiologie du texte et de l’image, Chargé de cours à l’Université Paris 7, « Un monologue de l’Autre ? Derrida, Koltès, Lagarce ».

Mardi 24 janvier 2012 : (rectif lieu : 682 C des Grands Moulins)

Dominique Rabaté, Professeur de Littérature française, Université Paris Diderot-Paris 7, « Le monologue : du vide et du plein ».

Catherine Rannoux-Wespel, Professeur de Stylistique française, Université de Poitiers, « Les monologues chez Laurent Mauvignier ».

Mardi 29 mai 2012 :

Bilan et conclusion.

 NB : Les séances consacrées au projet « Monologuer » alterneront avec des séances centrées sur le nouveau programme de recherche du Cerilac, les Archives.

Un colloque sera organisé les 10, 11 et 12 septembre 2012.
Appel à communication (propositions collectives et pluridisciplinaires particulièrement encouragées): 29 février 2012. Contact : Stéphanie Smadja (stephanie.smadja@univ-paris-diderot.fr), maître de conférences, UFR LAC, stylisticienne, linguiste ou monologue@univ-paris3.fr

[[Rappel (programme de l’année 2010-2011) :
Vendredi 12 novembre 2010 : Stéphanie Smadja, Maître de conférences à l’Université Denis Diderot-Paris 7, « Les monologues en littérature : une notion plurielle ».
Vendredi 4 février 2011 :
Marion Faure, Agrégée de Lettres modernes, ATER à l’Université Denis Diderot-Paris 7, « Domo docta dico. La sententia dans les monologues des comédies de Plaute ».
Françoise Dubor, Maître de conférences à l’Université de Poitiers, « Le monologue au théâtre ».
Vendredi 18 mars 2012 : Aliyah Morgenstern, Professeur à l’Université de Paris 3, « Acquisition du langage et monologue ».
Mercredi 27 avril 2011 : la séance était consacrée à l’œuvre de Jean Delabroy (écrivain, Professeur à l’Université Paris 7), La Séparation des songes, en présence de l’auteur.Discutants : Raymonde Coudert (Ingénieur de recherche, chargée de la coordination de l’École doctorale, Université Paris 7), Sophie Lucet (Maître de conférences, Université Paris 7). ]]

Argumentaire :
Ce projet sur les monologues suppose une réflexion non seulement sur l’identité, la subjectivité mais également (et fondamentalement) sur le langage et la communication. Les perspectives en sont, au moins, doubles. D’une part, le monologue permet d’interroger la définition de l’humanité. Que dit le monologue de notre humanité ? L’être qui monologue échappe-t-il à une forme d’humanité ou une certaine définition de l’humanité, ou au contraire se révèle-t-il davantage dans son humanité profonde ? D’autre part, l’une des orientations majeures consistera à comparer diverses formes de monologues, ce qui nous amène notamment à repenser les frontières de l’humain, ou plutôt les états estimés comme des états frontières, comme la folie ou la marginalité. Fous, mourants, malades, marginaux, criminels : autant de catégories à repenser selon une logique qui ne sera résolument pas manichéiste, mais au contraire souple, adaptée à la mouvance du vivant. Poser la question des monologues pourrait amener à repenser notre représentation de l’humain, notre façon d’intégrer (ou plutôt de ne pas intégrer) ces « autres », notre gestion de la souffrance, la mort, la maladie, la marginalité dans une société qui tend à peut-être refuser fondamentalement la différence, donc en définitive, l’humain. Repenser notre humanité, repenser notre société, en articulant les deux notions : tel pourrait être l’un de nos horizons.
De ce point de vue, ce séminaire participe pleinement d’un « laboratoire des humanités ». Il ouvre un espace de rencontre et de réflexion pluridisciplinaires, susceptibles de donner lieu à des expérimentations et des innovations (à inventer ensemble), bien au-delà des seules sciences humaines, dans une ouverture érigée volontairement au rang de principe méthodologique.

Pour venir :

Métro ligne 14, arrêt Bibliothèque ou RER C arrêt « Bibliothèque François Mitterrand ». Entrez par le 16 rue Marguerite Duras. Ne changez pas de bâtiment et montez au 6e étage.
Plan disponible sur le site de l’Université Denis Diderot-Paris 7 :

http://www.univ-paris-diderot.fr/sc/site.php?bc=implantations&np=SitePRG&g=m