Centre d'Études et de Recherches Interdisciplinaires en Lettres Arts Cinéma
Le théâtre postdramatique et la question du posthumain.  21 et 22 novembre 2014.
Les mondes possibles de la scène contemporaine. 
Illustration photo : Yves-Noël Genod, "Jouer Dieu"

Rencontres de recherche-création organisées par Isabelle Barbéris, maître de conférences  en Arts de la scène et du spectacle vivant (Université Paris Diderot/ CERILAC) et Françoise Dubor (Université Poitiers).

Avec le soutien de :
Université Paris Diderot/ CERILAC 
Université Paris Diderot/ Service culture
Université de Poitiers/ FoReLL
Théâtre de la Commune d' Aubervilliers

Enjeux :
Depuis une quinzaine d’années, on a beaucoup parié sur la défiguration que la scène contemporaine imposait à l’art théâtral, en pointant un « après » diversement compris, mais qui radicalisait une rupture temporelle dans les pratiques scéniques. Or l’espace de jeu qui s’ouvre donne à penser, plutôt que le devenir du drame, l’évolution de l’humain dans les œuvres. Qu’on la nomme « post-humain », « performatif », interartistique, émancipé, la nouvelle scène intègre en son sein d’autres étendues, crée des communautés artistiques renouvelées ou arts, sciences, recherche, corporéité dialoguent, et se fixent de nouveaux enjeux de transformation sociale, produisant des connaissances, voire des utopies spéculatives en re-fictionnant le monde dans lequel nous vivons.

Placé à la marge du plateau, soumis à divers types d’intempéries – par le retour à son animalité, sa réification supplétive par la technologie, ce corps flottant, inerte, morcelé, renvoyé à une nature recomposée qui rappelle les préceptes des philosophes présocratiques – l’humain passe au crible des sciences dans les arts qui proposent le spectacle d’un naufrage avec spectateur (pour reprendre le titre d’un essai de Hans Blumenberg). Le théâtre, cette mer agitée, éprouve les lignes de résistance de l’humain, jusque dans son exclusion formelle. Il devient donc nécessaire de recourir aux théories de la physique quantique, à la philosophie de Lucrèce, à la métaphore de Blumenberg, aux visions de l’homme de Nietzsche, entre autres références, pour penser ce théâtre définitivement détaché d’Aristote, outre sa dimension interartistique et interdisciplinaire. Les propositions de Castellucci, de Goebbels, y croisent celles d’auteurs comme Beckett et d’artistes comme Philippe Quesne, Cyril Teste ou Katie Mitchell, Guy Cassiers, tant d’autres encore. Des pièces souvent dépeuplés où l’humain se trouve décentré, débordé et ainsi re-questionné dans son rapport au monde.

Nous envisageons d’observer et d’analyser comment l’humain se trouve, sur cette scène contemporaine, relayé, suppléé, parfois absenté, dans une perspective anthropologique repensée, et selon des lignes scientifiques nouvelles comme l’écocritique, ou nouvellement convoquées pour penser le théâtre comme les sciences de la terre et du vivant (géologie, météorologie, cosmologie, biodiversité, économie…). C’est donc la totalité de la procédure théâtrale qui nécessite sa réévaluation – un chantier dont l’ambition sera ici à la fois de synthétiser les lignes déjà tracées et d’ouvrir un domaine profondément novateur.

Nous ouvrons la discussion avec la volonté de tenter de nouvelles interactions entre artistes et chercheurs en proposant des interventions qui privilégieront le registre de l’hypothèse plutôt que de la thèse et du résultat, des démarches moins « commentatrices » que prospectives, fictionnantes et désirantes.

Participants : 
Franck Ancel, Frédérique Aït-Touati, Franck Bauchard, Eliane Beaufils, Emeline Beckmann, Opie Boero Imwinkelried & Dimanche rouge, Józef Bury, Jennifer Cabassu, Ulysse Caillon, Sorin Crisan, Chloé Déchery, Jean Delabroy, Frédéric Délias, Ian Fénelon, Maria Clara Ferrer, Nadia Foisil, Ludovic Garattini, Flore Garcin-Marou, Yves-Noël Genod, Esther Gouarné, Benoît Hennaut, Stéphane Hervé, Anaëlle Impe, Ismaël Jude, Jérôme Lecardeur, Marie-José Malis, Shirley Niclais, Jean-François Peyret, Philippe Quesne, Bruno Tackels, José Maria Vieira Mendes, Aleksandra Wachacz, Aline Wiame…

21 novembre 2014 –Théâtre de la Commune Aubervilliers. 
LIEUX TRANSITOIRES DE L’HUMAIN ?

9h – Accueil des participants
9h30 – Bruno Tackels, La recherche création : aspects politiques et institutionnels
10h – Józef Bury, Défenestration et apprentissage du vol, 2007-2010
10h30 – Panel “écocritique” – Modération Isabelle Barbéris
- Franck Ancel – Réflexions sur une post-scénographie
- Frédérique Aït Touati – Gaia Global Circus : une expérience de recherche création avec Bruno Latour
- Flore Garcin-Marrou – Pour un théâtre écosophique
- Chloé Déchery – La réorganisation du vivant dans le théâtre de Philippe Quesne
- Maria Clara Ferrer – Esquisse d’une esthétique des phasmes sur la scène contemporaine
13h – Déjeuner
14h – Jean Delabroy sur deux textes de Hölderlin (Le devenir dans le périr & Le communisme des esprits), puis discussion avec tous.
Pause
15h30 – Les « Questions aux artistes » de Marie-José Malis – session de travail animée par le LAPS / Laboratoire des Arts et Philosophies de la Scène, avec :
Marie-José Malis, directrice de La Commune et metteur en scène, Franck Bauchard, directeur artistique de la Panacée / Jérôme Lecardeur,
directeur du TAP / Théâtre à Poitiers / Opie Boero Imwinkelried (visual performance art), Agnes Nedregard & Dimanche rouge / Józef Bury,
artiste plasticien / Frédéric Deslias (cie LeClairobscur), artiste plasticien / Nadia Foisil (chercheuse performeuse) & Emeline Beckmann (comédienne) / Jean-François Peyret, metteur en scène / Philippe Quesne, metteur en scène et directeur du théâtre des Amandiers Nanterre / Yves- Noël Genod, metteur en scène
18h – Speed dating des intervenants avec Nadia Foisil et Emeline Beckmann
18h30 – Cocktail dinatoire, suivi de L’Avare. Un portrait de famille en ce début de 3ème millénaire de Peter Licht, mise en scène de Catherine Umbdenstock.

22 novembre – Université Paris-Diderot (amphi 12 E, Halle aux farines). SORTIR DE L’HUMAIN?

9 h – Panel “pantins, lambeaux” – Modération Françoise Dubor
- Sorin Crisan, Le théâtre postdramatique et le mythe de la lamalle
- Anaëlle Impe, Le corps marionnettique « débordant » l’humain
- Sandrine Le Pors, L’enfant qui nous regarde
- Shirley Niclais, - L’homme exponentiel au-delà [en-deçà] du tout numérique
- Aleksandra Wachacz, Beckett, l’humain en lambeaux ?
10h45 – Panel “robotique” – Modération Benoit Hennaut
- Jennifer Cabassu, Oriza Hirata, entre robots et singes
- Ian Fénelon, Le jeu des robots
- Ludovic Garattini, Robotiques humanoïdes
Pause
11h30 – Panel “posthumain” – Modération Flore Garcin-Marrou
- Ulysse Caillon, Les technologies de l’intime dans le théâtre de Fabrice Murgia : saisir une identité humaine morcelée
- Stéphane Hervé, Wagner et le posthumain : Castellucci, Baumgarten
- Aline Wiame, La scène post-anthropocentrique et le territoire posthumain
13h – Déjeuner
14h Panel “postdramatique” – Modération Josette Féral
- Eliane Beaufils, Mises en scène de Jelinek et de Pollesch
- Jean Delabroy, Persistance d’Aristote
- Esther Gouarné, Performer la crise au-delà de la représentation
- Nadia Foisil, Temps, espaces, phénomènes
- Ismaël Jude, Adieux à la scène
15h30 José Maria Vieira Mendes (Teatro Praga) – Présentation du Teatro Praga,
discussion
16h30 – Atelier et mapping collectifs, bilan des deux jours : résultats, pistes – Discussion animée par Benoît Hennaut
19h : Clôture des Rencontres.

Lieux :
Théâtre de la Commune
2 rue Edmond Poisson
93304 Aubervilliers
Métro ligne 7 (arrêt Aubervilliers-Pantin 4 chemins) puis bus 170

Université Paris Diderot-Paris 7
Halle aux farines amphi 12 E
9 Esplanade Vidal-Naquet
75013 Paris
Métro ligne 14 ou R.E.R. C (arrêt Bibliothèque François Mitterrand)
Agenda
Publications
Le théâtre postdramatique et la question du posthumain.
Le théâtre postdramatique et la question du posthumain.


Directrice :

Jacqueline Nacache 

jacqueline.nacache@univ-paris-diderot.fr

Grands Moulins, 7ème étage, bureau 773 C

Tél : 01 57 27 54 65


Assistante :


Claude Zelawski

cerilac4410@univ-paris-diderot.fr

Grands Moulins, 7ème étage, bureau 777 C

Tél : 01 57 27 64 40


Site web :


Jean-François Jadaud

jadaud@univ-paris-diderot.fr

Grands Moulins, 7ème étage, bureau 772 C

Tél : 01 57 27 63 44